Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Citation 19 - Édith de la Héronnière

Extrait de Vézelay, le génie du lieu, éditions Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 2000, p. 17-18 ; réédition collection « Petite bibliothèque Payot », Payot, 2006.

J'aime voir la ville de loin. J'ai mon point de vue. Il est unique. De loin, l'intimité échappe aux pesanteurs. La distance me fait grâce de l'inutile dont la connaissance était nécessaire. De loin, on se détache forcément.

Pour atteindre ce point de recul, je délaisse les chemins et j'emprunte la route. Celle-ci traverse la forêt, commet de multiples tournants, parfois à angle droit, pour ce coteau solitaire au pied duquel s'enfuient les champs de blé et les collines vert-de-gris. Sur l'une d'entre elles, tout au fond, dans le lointain, se distingue le flanc beige du grand paquebot de pierre. Sa majesté éclate, même lorsque l'on sait qu'elle dégouline de cancans et de vilenies sous les feux croisés des concupiscences commerciales et religieuses. De loin, tout cela s'évanouit.

Ici, je suis dans une toile de Nicolas de Staël. D'immenses lignes de fuite convergent vers le fond, et le cœur, du tableau. Au-delà, le ciel tourmenté poursuit la course des terres. Il n'y a pas de limites, mais des courbes résolues à n'en plus finir, comme si elles étaient animées d'un mouvement intérieur légèrement ascendant.

logosite Soutenir

Au calendrier

Aucun évènement prévu pour le moment.

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter