Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Les acteurs des premiers temps

images_1Deux savants contemporains ont consacré une large part de leur travaux, historiques ou archéologiques, aux origines de Vézelay : Victor Saxer ( 2004), ancien président de l'Institut pontifical d'archéologie chrétienne à Rome, spécialiste du culte de Marie Madeleine en Occident, et donc à Vézelay ; et René Louis (1906-1991), historien, philologue et archéologue, chercheur patient de l'histoire de Girart, le fondateur de l'abbaye de Vézelay, et fouilleur attentif du site des Fontaines-Salées, mais aussi découvreur, en 1927, des fresques carolingiennes des cryptes de Saint-Germain d'Auxerre, sa ville natale.

cherles_le_chauve

Charles le Chauve

Avec eux, nous rencontrons les premiers acteurs de l'histoire vézelienne, comme par exemple Charles le Chauve. Né en 823, est l'un des petits-fils de Charlemagne. à la suite du partage de l'empire avec ses frères (bataille de Fontenoy-en-Puisaye, 841, puis traité de Verdun en 843), il est roi de Francie occidentale de 843 à 877, année de sa mort. C'est à ce titre que, en 868, il confirme les privilèges accordés à l'abbaye de Vézelay par sa charte de fondation, à savoir qu'elle ne relève que du roi pour le temporel (et non des comtes de Nevers) et du pape (et non des évêques d'Autun) pour le spirituel.

Eudes, premier abbé de Vézelay, est mentionné en 897. Est-il venu d'Autun, comme les premiers moines de l'abbaye ? Il serait l'initiateur de la mission du moine Badilon, qu'il aurait envoyé en Provence, « au pays d'Aix », peut-être dès 882, pour rapporter au sanctuaire bourguignon le corps de Marie Madeleine ; une épopée jalonnée de nombreux miracles... Mais certains textes attribuent cet exploit audacieux à Girart de Roussillon lui-même (819-877), fondateur avec son épouse Berthe de l'abbaye de Vézelay et héros d'une illustre chanson de gestes.

 

 Marie Madeleine est en tout cas celle qui marque depuis ces temps lointains le « paysage » vézelien : la pécheresse convertie, ainsi modèle de toute vie chrétienne, habite toujours la basilique d'une présence spirituelle, par-delà toutes les querelles et tous les doutes quant à l'authenticité de ses reliques et même à sa venue en Occident après l'Ascension. Dès les premiers temps de l'église, on confondit en elle trois figures féminines de l'entourage de Jésus citées dans les Évangiles : Marie de Magdala, délivrée par le Christ de sept démons et premier témoin de la Résurrection au matin de Pâques ; Marie de Béthanie, sœur du ressuscité Lazare ; et la pécheresse anonyme qui versa sur les pieds du Christ un parfum précieux.      

marie madeleine

Marie-Madeleine de François Brea

 

 

 

 

 




logosite Soutenir

Au calendrier

Audition de la Cantate
Lieu : cité de la Voix Présentation par Nicolas Bucher, Directeur

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter