Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Des protestants à Vézelay

theodore_beze

L'un est illustre, mais ne fut vézelien que tout jeune enfant ; d'autres sont méconnus, mais livrèrent ici de farouches combats lors des guerres de religion. Issu d'une famille de maîtres de forges nivernais, fils d'un bailli de Vézelay, Théodore de Bèze (1519-1605) naît dans une belle maison de la rue Saint-Étienne, mais ne demeure guère à Vézelay.

thodoredebze_2 Théodore de Bèze

Il étudie les lettres et le droit à Orléans et Paris et embrasse la religion réformée en 1548, à la suite d'une crise spirituelle liée à une grave maladie. Il s'installe alors à Lausanne puis devient pasteur à Genève. Brillant théologien, premier recteur de l'Académie fondée par Calvin, il succède à celui-ci comme responsable de l'église de Genève tout en poursuivant une riche carrière d'homme de lettres. Il contribue notamment à la traduction des Psaumes et entretient une très abondante correspondance. Connaît-il les péripéties des guerres de religion dans son pays natal ? Elles sont ici terribles, comme en bien d'autres lieux.

Un dénommé Sansac est le chef du parti catholique quand, en 1569, Vézelay tombe aux mains des protestants que dirige le capitaine Sarrasin, l'une des premières victimes de sièges éprouvants ; un certain Louis Blosset le remplace.

 

Autant de personnages oubliés d'une période sanglante de l'histoire locale. Tour à tour, catholiques et protestants tiennent et perdent la ville, louant ou maudissant le brave Anscelin, dit Borbolin, qui, deux siècles plus tôt, avait été l'instigateur d'une rénovation des remparts et de la construction de la Porte Neuve. Mais qu'importent les murailles : le bourgeois Albert de la Châsse lance par-dessus des courriers à l'aide de flèches pour communiquer aux assiégeants les points faibles de l'ennemi ; il finira pendu en punition de sa traîtrise...

Abbé de Vézelay en 1560 et 1561, Odet de Coligny, cardinal de Châtillon (1517-1571), est une figure haute en couleur de cette même période. Jamais ordonné prêtre mais seulement diacre, ce neveu du connétable Anne de Montmorency et frère aîné de l'amiral de Coligny doit à François 1er de devenir cardinal, archevêque de Toulouse et évêque comte de Beauvais avant d'avoir 20 ans ! Il passe à la Réforme à l'instigation de ses frères, alors même qu'il est abbé de Vézelay, épouse sa maîtresse, cherche la sécurité en Angleterre, où il meurt, peut-être empoisonné...

odet_de_coligny  Odet de Coligny
logosite Soutenir

Au calendrier

Audition de la Cantate
Lieu : cité de la Voix Présentation par Nicolas Bucher, Directeur

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter