Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Le milieu artistique

zervos et Picasso
En 1951, Pierre Zimmer (1927-2010), acteur, journaliste et cinéaste après avoir été assistant de Jean Delannoy et René Clément, réalise un film sur Vézelay, avec la voix de Pierre Fresnay. En 1952, le compositeur et chef d'orchestre Désiré-émile Inghelbrecht (1880-1965) publie une pièce pour soliste, chœurs et orchestre, oratorio intitulé Vézelay.

ingelbrecht

Désiré-émile Inghelbrecht

Le musicien, qui fut ami de Debussy, chef de l'orchestre du théâtre des Champs-élysées à sa fondation puis de celui de l'Opéra-comique, chef permanent des concerts Pasdeloup, fondateur et chef en 1934 de l'Orchestre national de la Radiodiffusion (auj. orchestre national de France), séjourne chaque été dans sa maison de la rue Saint-Étienne, de 1935 à sa mort ; il y compose une grande partie de son œuvre.

Artistes locaux ou d'envergure internationale, les peintres sont nombreux à fréquenter Vézelay au xxe siècle, à la suite des précurseurs du siècle précédent ; on ne saurait les citer tous. En 1935, Marc Chagall (1887-1985) passe une partie de l'été à Vézelay.

L'année suivante, à l'instigation de Badovici (voir ci-dessous), Fernand Léger (1881-1955) travaille avec le peintre en lettres vézelien Raoul Simon pour réaliser dans une maison du bourg la grande peinture murale aujourd'hui exposée au musée Zervos. Le Corbusier (1887-1965), dont on oublie souvent l'œuvre picturale, vint plusieurs fois à Vézelay et y laissa aussi des peintures murales (aujourd'hui déposées ou disparues) dans des maisons rénovées par l'architecte Jean Badovici. D'origine roumaine, ce dernier (1893-1957) fut un ami et collaborateur de Le Corbusier. éditeur de la revue L'architecture vivante (1923), il fut proche des Zervos et vécut à Vézelay où il transforma quatre maisons (dont celle des Zervos) selon les principes modernistes du style international des années 1920-1930 ; peut-être avec l'aide d'Eileen Gray, qu'il assista lui-même dans la réalisation de la fameuse villa E-1027 de Roquebrune-Cap-Martin.

Beaucoup de peintres viennent aussi à Vézelay grâce au cercle amical des Zervos, qui reçoivent écrivains et poètes (voir ci-dessous) dans leur maison de la Goulotte. S'ils ne se sont jamais vraiment impliqués dans la vie locale, Christian et Yvonne Zervos (1889-1970 et 1905-1970) ont joué, indirectement, un rôle important pour Vézelay ; cependant sans commune mesure avec celui qu'ils tinrent dans le milieu artistique et culturel.

Jean-BadoviciBadovici

 

Christian zervos

Christian Zervos

 

Né en 1889 dans l'île grecque de Céphalonie, Christian Zervos étudie la philosophie à Paris où il se lie avec le Roumain Jean Badovivi, alors étudiant en architecture. C'est grâce à ce dernier que, en 1923, il travaille pour l'éditeur Albert Morancé sur les revues L'Art d'aujourd'hui et Les Arts de la maison. En 1926, il crée sa propre revue d'art, Cahiers d'art, l'œuvre de sa vie dont il réalisera avec grand soin et quasiment seul chacun des 97 numéros (de 1926 à 1960), essentiellement consacrés aux arts plastiques, arts premiers et art contemporain, en commandant textes et photos à des contributeurs de grande compétence. Ainsi trouve-t-on dans la collection les signatures de Desnos, Breton, Tzara, Éluard, Char, Beckett Artaud, Bataille, Blanchot, Leiris, Dali, Bellmer, etc., au côté de celles de critiques internationaux. Outre sa revue, Zervos publie des monographies d'artistes, des ouvrages d'archéologie, de poésie et sur la musique. En 1932, il commence le monumental catalogue raisonné des œuvres de Picasso (33 volumes).

En 1932, Christian Zervos épouse en secondes noces Yvonne Marion. Dans la mouvance des Cahiers d'art, celle-ci organise rue du Dragon, à Saint-Germain-des-Prés, dans les locaux de la revue qui deviennent ainsi galerie, des expositions de première importance (Miro, Kandinsky, Ernst, Arp, Hélion, Giacometti, maquettes d'architecture, etc.). En 1939, elle ouvre rue Bonaparte l'éphémère galerie MAI (Meubles-Architectures-Installation). De l'été 1940 à la Libération, le couple se replie dans sa maison de Vézelay, acquise en 1937 au hameau de la Goulotte, et participe à des liaisons pour les maquis de la Résistance. Dans des difficultés financières constantes (coutumières dès l'origine de leurs entreprises éditoriales), les Zervos reprennent leurs activités que seule la mort brutale d'Yvonne, en janvier 1970, interrompra, alors même qu'elle prépare une grande exposition Picasso au Palais des papes d'avignon, vingt-trois ans après celle qui, en 1947 et au même endroit, avait fait date dans la carrière du couple (voir ci-dessous). Christian meurt à son tour huit mois plus tard, après avoir légué ses biens à la ville de Vézelay, dont la maison de la Goulotte et les œuvres qui constituent désormais le fonds du musée Zervos.

Yvonne ZervosYvonne Zervos

Même s'il y séjourna fort peu, le plus illustre des hôtes des Zervos à Vézelay est bien sûr Pablo Picasso (1881-1973) ; mais il est loin d'être le seul. C'est sans doute aussi par l'amitié des Zervos que la peintre et sculpteur britannique Marjorie Watson-Williams (1892-1984) prit pour pseudonyme le nom de Paule Vézelay. Membre en 1934 du mouvement parisien d'avant-garde Abstraction-Création, elle passa par l'expression figurative, le surréalisme et l'abstraction, par laquelle elle gagna sa notoriété (ses œuvres sont présentes, entre autres, à la Tate modern ou à la Royal academy de londres).

Hors de ce « cercle » informel des Zervos, on peut citer aussi en lien avec Vézelay la réalisation par Bernard Buffet (1928-1999), à la fin des années soixante, de l'affiche du dernier grand « Son et lumière » dont le texte était dû à l'écrivain, homme politique et académicien Maurice Druon (1918-2009), la musique à Darius Milhaud (1892-1974) et la réalisation au metteur en scène Georges Vitaly (1917-2007). Le texte a été publié en 1971 (et republié depuis) sous le titre « Vézelay, colline éternelle », expression touristique et passe-partout qui a fait florès... Plus récemment, le peintre Charles Lapicque a réalisé en 1975 une série d'œuvres inspirées par Vézelay.

logosite Soutenir

Au calendrier

Conférence de Philippe Beyney
Vézelay et Saint-père : deux façades, deux véritables vitrines d'une même abbaye au XIIIe siècle. Lieu : Salle des fêtes de...
Conférence de Jean-Baptiste Auberger
La Cordelle et Vézelay Lieu : Couvent de la Cordelle de Vézelay
Assemblée générale de l'Association
Lieu : salle des fêtes de Saint-Père
Visite des forges de Buffon
En collaboration avec L'association-Fondation Christian et Yvonne Zervos et avec une conférence de Luc-Régis Gilbert

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter