Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

bulletin 72-73 hiver. 2012.2013

__mail-attachmentT7zDIIEeQg_zjVJIMRAPdts  

Au sommaire :

 Sommaire complet  cliquer ici

 

 LE BILLET DU PRESIDENT 

Et si on écoutait enfin les Vézeliens ?

Pour les Amis de Vézelay et de sa région, 2012 aura le goût amer de la tristesse et de la mélancolie. À Noël dernier et fin octobre cette année, une nouvel terrible tombait par deux fois sur notre ville et notre association : la disparition de Madeleine Bosshard, puis celle de Jean-Claude Bécane, présidents d'honneur des Amis de Vézelay.

Il y a bien entendu la peine de chacun face à la douleur de la séparation, et nous entrons là dans le domaine de l'intime, mais dans une association comme la nôtre ou simplement dans une ville comme Vézelay, s'installe dans ces moments-là un réel sentiment de peine, consciente et collective. L'association des Amis de Vézelay est en deuil. L'arbre était notre thématique de l'année. L'arbre qui germe, pousse, rayonne, éclate et meurt, reflet du cycle de la vie.

2012, pour les Amis de Vézelay aurait dû être l'année de la vie et par deux fois le deuil nous a frappés.On retrouve chez nos deux présidents disparus un point commun, qu'il est presque inutile de préciser : l'amour de Vézelay. Madeleine Bosshard et Jean-Claude Bécane aimaient Vézelay et Vézelay le leur rendait bien. Par deux fois en un an, Vézelay a vu s'étendre sur elle cette chape silencieuse face à l'inéluctable qui nous laisse la gorge sèche et au bord des larmes.


L'adhésion à l'association permet de recevoir gratuitement le bulletin des Amis de Vézelay.

Année de l'Arbre, les douze mois qui viennent de s'écouler marquent aussi la mise en place de l'opération Grand Site, ou O.G.S. Soit les premières démarches visant à obtenir, pour Vézelay, le label ainsi nommé : les premiers groupes de travail s'organisent et les chantiers préliminaires sont lancés sous la direction de la DRAC, dont une première tranche des fouilles du cloître, la restauration d'une portion des remparts et l'étude de réhabilitation de la Porte Neuve. Un projet qui devrait, à terme, tirer Vézelay vers le haut. Le respect des normes du label a pour ambition le partage des valeurs de développement durable et de révéler, de servir et de transmettre ce qu'on nomme « l'esprit du lieu ». Une démarche qu'il est souhaitable d'appuyer, pour autant que nos élus se convainquent de travailler ensemble autour d'une notion de « territoire de Vézelay ».

Malheureusement, un mal français est celui des rapports impossibles à appliquer. À titre d'exemple, souvenons-nous du rapport Attali commandé par Nicolas Sarkozy. Voilà qu'un syndrome similaire touche Vézelay. La DRAC de Bourgogne, pour réaliser des travaux « opérations préliminaires » sur la basilique, se trouve placée devant un problème important, lié à la structure même de l'édifice, soit un devis de réhabilitation pour l'abbatiale chiffré à plus de 100 millions d'euros, alors que le budget dédié dans le cadre de ces opérations préliminaires est de l'ordre de 5 millions pour la basilique... D'où la fameuse idée d'un rapport d'experts. On forme un comité scientifique, on confie à un nouvel architecte en chef un travail de prospective intitulé « schéma directeur », et, immanquablement, l'on retombe dans le résultat du rapport inapplicable. Les anciens de Vézelay sourient. Que peuvent-ils faire de plus sinon exprimer leur exaspération, à mesure que les armoires de la mairie s'emplissent de rapports inutiles parce que non applicables – et cela depuis des décennies. De plus, pour être sûr que l'on n'arrête pas le processus du « papier à tout prix », les élus font planer l'omerta sur les projets en question, ce qui provoque, à l'heure de la diffusion des rapports, une colère bien légitime.

Réuni en septembre dernier à la préfecture d'Auxerre, le comité de pilotage de l'O.G.S., composé des acteurs politiques impliqués financièrement, d'élus concernés et des Amis de Vézelay, prend acte de ces dérives. De son côté, le coordinateur du schéma directeur vient présenter son rapport à Vézelay à un petit comité officieux et, spontanément, gomme les points qu'un consensus, parmi les Vézeliens, jugeait inacceptables. Ces rapports impossibles à appliquer, les créons-nous volontairement pour légitimer le rôle de la fonction publique et des élus ? Je ne le pense pas. Je crois simplement que l'on ne prend pas soigneusement en compte la problématique de l'ensemble et qu'on ne consulte pas la population. Oubliant du même coup que l'inventivité – la « créativité pragmatique » – ne s'exerce que dans un cadre contraignant. Dès lors, sans contrainte, les dérives confinent au délire. À qui attribuer la responsabilité de ces rapports impossibles à appliquer, sinon aux donneurs d'ordre ? Car ce sont bien eux les responsables, ce sont eux qui les financent (avec l'argent des contribuables). Pour bien comprendre :

A-t-on précisé aux auteurs de ce travail sur Vézelay qu'il existait un esprit du lieu à Vézelay, que le site ce n'est pas que du bâti ?

A-t-on dit que Vézelay est un lieu de culte , que le monastère comprend unevingtaine d'âmes présentes pour assurer culte et recevoir les pèlerins ?

A-t-on dit qu'il existe à Vézelay une activitéartistique et culturelle avec plus de120 concerts et manifestations par an ?

A-t-on précisé que le budget retenu le projet devait être de l'ordre de millions d'euros et que le territoire de s'inscrivait dans une démarche de label Grand Site ?

A-t-on rappelé aux auteurs de ce travailque la lumière de Vézelay est ce qui,depuis bientôt deux siècles, fait l'admirationdes visiteurs ?

A-t-on dit que les Vézeliens, tous confondus,étaient très attachés à leur patrimoineet désireux de participer à sonrenouveau ?

A-t-on précisé que Vézelay, avec sa poste,sa pharmacie, sa boulangerie, son épicerie,ses bars, était un chef-lieu de canton une vie propre au service de toutes les communes alentour, et qu'on ne peutréduire Vézelay à ses seuls Vézeliens, àses seuls touristes ?

A-t-on indiqué qu'il existe aussi un petitpatrimoine à la dérive ?

A-t-on montréle nombre de bâtiments non utilisés etabandonnés (ce qui aurait peut-être évitéla perspective de nouvelles constructions)...

Les cabinets d'étude, auteurs de ce travail,vont être rétribués, la DRAC aurarempli sa ligne de budget, Vézelay auramontré sa force de résistance, et leschéma directeur va rejoindre la pile des

dossiers dans l'armoire de la mairie...

Mais dans ce regard quelque peu critique,il est un diamant que l'on peut vérifier àVézelay et qui ne peut que vivifier uneassociation comme la nôtre. C'est le degréde résistance des Vézeliens.

Je suis aujourd'hui certain, pour avoirété témoin de l'assemblée généraledes Amis de Vézelay mais aussi de ce conseil municipal de Vézelay de septembre où, pour la première fois, l'O.G.S. a été is à l'ordre du jour, que les Vézelienset les Amis de Vézelay ne se laisserontpas faire. Ils ne laisseront pas disparaître l'esprit du lieu qui fait leur fierté. Certains aujourd'hui, que leur colline ne doit pas céder, demain, au marketing historicotouristique

!

Pierre Morice

 

logosite Soutenir

Au calendrier

Aucun évènement prévu pour le moment.

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter