Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Les morts dans l'âme

affiche_PhilippeauvernyLes Amis de Vézelay et de sa région organisent un après-midi littéraire

Dimanche 23 juin 2013, Mairie de Vézelay, Salle Borot.

L'invité est Philippe Auverny-Bennetot, Vézélien , Professeur d'économie. Philippe Auverny Bennetot est docteur en économie, après avoir travaillé en Afrique et au États-Unis dans le secteur financier et publié plusieurs ouvrages sur la finance, il enseigne à l'Université Paris 12 Créteil auteur de nombreux livre s sur les mécanismes financiers.

Philippe Auverny-Bennetot viient d'écrire Les Morts dans l'Ame, douloureux récit qui suit le retour d'un camp concentrationnaire de Anne qui retrouvera ses grands -parents à Vézelay. ( voir synopsis ci dessous )

Pendant cet après-midi nous participerons en direct à un entretien radiophonique réalisé par Yannick Petit et Philippe Auverny Bennetot. L'entretien avec Philippe AUVERNY sera diffusé sur Radyonne le mercredi 26 juin prochain, dans Wagon-Livres, dès 21 h (90.5 fm ou en direct via internet sur www.radyonne.fr).

Muriel Giry, comédienne et directrice de la compagnie du Carillon, lira quelques pages du livre et Philippe Auverny-Bennetot se prêtera au jeu des questions réponses avec la salle. Et bien entendu à la traditionnelle cérémonie de signature.

Accès libre comme pour toutes les manifestation des Amis de Vézelay

Résumé de l'Histoire

Les morts dans l'âme

1945. Anne, ex-matricule 57343, revient à Paris. Derrière elle, de longs mois passés dans l'enfer concentrationnaire de Ravensbrück. Timidement, comme si elle n'appartenait plus au monde qui fut le sien, la jeune femme retrouve ses proches: ses grands-parents, une sœur éclatante de jeunesse, un père remarié... Comme étrangère, elle découvre aussi une France libérée tiraillée par de violentes tensions, la vérité se faisant peu à peu jour concernant le degré de servilité et d'opportunisme de chacun... Une jeune femme qui demeure presque insensible au spectacle qui se déroule devant elle, toujours hébétée par son expérience, incapable de la transmettre à autrui...

Le silence est le maître mot de ce récit. Et plus précisément celui d'Anne qui écoute les autres dire leur guerre tout en restant incapable d'évoquer sa propre tragédie, mutique, presque muselée... En effet, ce que touche le texte de P. Auverny Bennetot, c'est à la fois la culpabilité des survivants et la volonté inconsciente de ceux qui n'ont pas connu les camps de savoir cette réalité, quitte à détourner le cœur du dialogue. Une tension qui fait que la parole n'est jamais véritablement du côté où il le faudrait, c'est-à-dire du côté des témoins de l'horreur, et qui fait de ce récit celui d'un accouchement toujours différé.

Curieux livre ou l'héroîne flotte a travers un monde quelle ne peut plus saisir...

logosite Soutenir

Au calendrier

Aucun évènement prévu pour le moment.

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter