Please update your Flash Player to view content.
Imprimer
PDF

Le silence des origines jusqu'au IX e siècle après J.C

Vezelay4On ne sait quasiment rien de Vézelay avant Vézelay, ce qui laisse la voie libre aux hypothèses parfois les plus fantaisistes. Certes, la topographie de l'endroit invite à imaginer facilement un sanctuaire ou un petit oppidum celtes ; mais faut-il en voir sur toute éminence ? Aucune trace, aucun vestige ne permet de savoir ce qu'il y avait au sommet de la colline avant que, en 887, y soit transférée l'abbaye bénédictine fondée à ses pieds un peu moins de trente ans plus tôt.

Avant l'histoire

En Vézelien, les calcaires des plateaux de Bourgogne (nord-ouest) arrivent au contact des granites du Morvan (sud-est). Bien des fossiles y sont incrustés depuis les temps si lointains où les eaux recouvraient la contrée. En se retirant, elles révèlent au Mésozoïque (fin de l'ère secondaire) les sols qui en constituent aujourd'hui l'essentiel, issus de l'étage bathonien du jurassique. Cela se passe il y a quelque 165 millions d'années...

Bien plus récemment (Paléolithique moyen, il n'y a que 200 000 ans...), la vallée de la Cure abrite un centre de vie important : à une vingtaine de kilomètres de Vézelay, les grottes d'Arcy en témoignent. Mais qu'en est-il sur le site même de Vézelay ? On l'ignore. D'autant que l'histoire de Vézelay commence... ailleurs, au sud-est, dans la vallée de la Cure ; et bien plus récemment.

Un premier site

FontainesSalees

Le site des Fontaines salées : vestiges gallo-romains (cliché E. Brunner).

Là, en revanche, sur le site de la villa gallo-romaine de Vercellacus (Vercelai, puis Vézelay actuellement le village de Saint-Père), l'archéologie a parlé : au lieu-dit des Fontaines-Salées, les fouilles conduites à partir de 1934 par le professeur René Louis ont révélé une implantation des plus anciennes : captages de 2 300 à 2 400 ans av. J.-C. avec culte des sources et sépultures, relayés par des installations thermales vers 900 et 800 av. J.-C., puis par les thermes de la villa gallo-romaine abandonnée au IVe s.

Au XVIe s., les moines de Vézelay feront disparaître toutes traces de ces lieux païens ; quant aux sources chlorurées sodiques, elles auront été exploitées pour le sel tout au long du Moyen Âge.

La fondation

GirartDeRoussillon
Girart de Roussillon et son épouse Berthe : miniature extraite de la Chronique de Vézelay par Hugues de Poitiers. B. M. d'Auxerre (cliché Archives départementales de l'Yonne).

Au milieu du IXe siècle, le très puissant et brillant Girart (810 ? -874), comte de Vienne, ex comte de Paris et régent de Provence, dont la vie  sera idéalisée plus tard dans une illustre chanson de geste sous le nom de Girart de Roussillon, possède ce domaine de la vallée de la Cure. En 858 ou 859, il décide d'y fonder un monastère bénédictin, d'abord confié à des moniales.

Par privilège exceptionnel (863, confirmation royale en 868), l'abbaye de Vézelay échappe aux autorités temporelle des comtes de Nevers et spirituelle des évêques d'Autun (Vézelay ne relèvera de l'archevêché de Sens qu'à partir de 1822), pour ne dépendre directement que du roi des Francs et du souverain pontife. On ne devine sans doute pas alors les jalousies et conflits que suscitera un tel privilège !

VestigeStPierre
Vestiges de l'église Saint-Pierre de Saint-Père-sous-Vézelay (cliché CEM, Auxerre).

Peut-être les ruines de l'église Saint-Pierre (Xe-XIIe s., détruite au XVIe s.), à Saint-Père, récemment étudiées par le Centre d'études médiévales d'Auxerre (CNRS), marquent-elles l'emplacement de cette fondation primitive.

L'implantation définitive

Mais l'époque, celle des querelles liées au partage de l'empire carolingien et des invasions normandes, est peu sûre ; le remplacement des religieuses par des moines venus de Saint-Martin d'Autun, en 873, ne suffit pas à sécuriser l'endroit : d'où le transfert de l'abbaye au sommet de la colline voisine, où l'on élève une église de plan basilical, couverte en charpente, selon les canons de l'architecture carolingienne. Un incendie la ravagera en 907, et il faudra presque un siècle pour que le clunisien Guillaume de Volpiano la relève.

Peu à peu quelques maisons s'agrègent sous les murailles monastiques, embryon d'une cité dont la population culminera au XIIe s. avec plusieurs milliers d'habitants ; on en comptera 1 400 en 1800, 800 en 1900, moins de 500 en 2000...

logosite Soutenir

Au calendrier

Lecture des "Oiseaux de Fra Angelico".
par Sylvia Lipa-Lacarriere sur un texte de d'Antonio Tabucchi, accompagnée par Sophie Charpentier au Clavecin. Lieu : Cité de la...
Aidons nos remparts
L'association Vie et Patrimoine, la Mairie de Vézelay et Les Amis de Vézelay organisent une "action citoyenne". Nous demandons...
Audition de la Cantate "Vézelay" d'Inghelbrecht
par l'orchestre national de France. Lieu : cité de la Voix Présentation par Nicolas Bucher, Directeur

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter