Please update your Flash Player to view content.

Les Amis de Vézelay - Programmes de l'association

Imprimer
PDF

Les remerciements de Christian Derouet

Merci à vous, l'année 2016 n'est pas terminée, ni pour vous, ni pour moi ! Il y aura l'accrochage Paul Éluard et Cahiers d'art à partir du 2 juillet au Musée Zervos. D'ici le 15 juin, vous avez à faire connaître à nos amis la présentation du fonds Romain Rolland dans la maison du jardinier.

Je remercie le Dr Barbieux, maire, M. Hecquet, premier adjoint de Vézelay, Madame Geneviève Pascaud-Bécane, M. Mazerand, ... ceux qui ont pu venir et ceux qui n'ont pas pu assister à un exposé improvisé selon le souhait de certains.

Le dépôt lapidaire créé par Viollet-le-Duc, dit aussi musée lapidaire ou encore musée Viollet-le-Duc tente un réveil dont dépend la consolidation du musée Zervos. L'un et l'autre sont des institutions muséographiques exceptionnelles à Vézelay, dont le développement ne peut être qu'intégrés d'une manière ou d'une autre. Ils dépassent de beaucoup l'environnement d'un village, si beau soit-il, c'est un patrimoine international qui se complète et qu'il faut considérer comme un tout.

Avec mes compliments. Christian Derouet

Imprimer
PDF

Les "adieux" de Christian Derouet

Christian Derouet au Musée de l'Oeuvre de Viollet-le-DucLa conférence organisée par la Mairie de Vézelay et les Amis de Vézelay et de sa région le dimanche 5 juin 2016 fêtait les 10 du musée Zervos.

C'est par un dimanche après-midi pluvieux dans le musée lapidaire de Vézelay que Christian Derouet, conservateur du musée Zervos, nous a annoncé qu'il quitterait ses fonctions à la fin de l'année 2016. Retraçant le parcours de son implication dans la préfiguration puis la réalisation et "l'exploitation" de ce musée, ils nous a fait comprendre la nécessité impérieuse de continuer son "œuvre" qui s'est étalée sur dix-sept ans : sept années d'inventaire, de réorganisation du fonds Zervos, d'acquisitions prestigieuses, de plans architecturaux et de transformation de la maison Romain Rolland en musée ; dix ans de fonctionnement. Même si son rôle de conservateur a pu être critiqué, il n'en demeure pas moins celui à qui l'on doit ce magnifique musée d'art moderne. Il reste à Vézelay et au conseil général de prendre leurs responsabilités et d'être à la hauteur de leurs ambitions afin de conserver et de développer ce musée unique. Combien de villages de la taille de Vézelay peuvent s'enorgueillir de la présence de deux musées  abritant des œuvres aussi importantes pour leur prestige. En terminant son intervention, Christian Derouet propose une réunion des deux musées, le musée Zervos et le musée lapidaire de l'œuvre de Viollet-le-Duc, dans un même cadre administratif d'exploitation afin d'en améliorer la fréquentation qui reste trop discrète actuellement.

 

Trois raisons motivent le retrait de Christian Derouet : 

N'ayant plus de fonctions officielles au sein du Centre Pompidou, la politique d'échanges et de prêts s'en trouve réduite,

Bien qu'encore en pleine possession de ses moyens, il voudrait du "sang neuf" pour poursuivre le travail entrepris,

Enfin, il aimerait parcourir le monde, il parle même en souriant d'aller visiter la banquise… Ses fonctions actuelles étant trop chronophages, sa soif de découvertes reste insatisfaite.

 

Sa dernière phrase a été troublée par un sanglot dans la voix, émotion d'un homme mal compris ou qui s'est fait mal comprendre (comme Viollet-le-Duc pendant de très nombreuses années), mais homme passionné qui s'est investi dans un travail gigantesque et qui nous laisse un héritage que nous nous devons d'accepter en espérant qu'il se trouvera un conservateur à la hauteur pour lui succéder. 


Merci Christian Derouet.

 

Bibliographie liée à l'activité au sein du musée Zervos :

Bibliographie : Christian Derouet, Wassily Kandinsky correspondances avec Zervos et Kojève, Les Cahiers du musée national d’art moderne. Hors série/archives. Centre Pompidou, Paris 1992. 200 p.  Christian Derouet, Cahiers d’art, Musée Zervos à Vézelay,  Editions Hazan Paris et Conseil Général d’Yonne , 2 006.290 pages Christian Derouet, Zervos et Cahiers d’art, archives de la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, 2011. 220 pages. Articles qui ont contribué à faire reconnaître la contribution de Christian Zervos à l’histoire de l’art moderne. Ch. D., « Le Bauhaus des peintres contre Walter Gropius ou le silence des Cahiers d’art sur le Werkbund au salon des artistes décorateurs français en 1930 » , et «  Walter Gropius – un article inédit destiné aux Cahiers d’art » ,   Das Bahaus und Frankreich/ Le Bauhaus et la France, Akademie Verlag.  Berlin. 2002. pp. 297-311 ; pp. 407-413 Ch. D., „American as seen in the Cahiers d’art before 1940“. A transatlantic avant-garde / américan  artiste in Paris 1918-1939, Terra Foundation  Musée d’art américain de Giverny et Chicago, 2003, pp. 80-90. Ch. D., « Fernand Léger et les Cahiers d’art », Fernand Léger, Musée des Beaux-arts de Lyon, 2004. pp. 37-64 Ch.D. « La première peinture murale de Fernand Léger (Vézelay, 1936) », in  Cahiers du Musée National d’art moderne, Centre Pompidou n° 95, printemps  2006. pp. 63-77. Ch. D, « Kandinsky et  les Cahiers d’art (1927-1944) », Kandinsky, Centre Pompidou Paris, 2009. pp. 306-323 repris en allemand à la Städtische Galerie Im Lenchhaus, à munich et en anglais, au Solomon R . Museum , New York Ch. D. « Correspondances de Mondrian avec Léonce Rosenberg et Christian Zervos »,   Mondrian, Centre Pompidou, Paris, 2011. pp. 125-142 . Cahiers catalogues du Musée Zervos édités par le Conseil général de l’Yonne. Directeur de publication. Le conservateur du musée Zervos. Jean Lurçat et les Cahiers d’art 1926-1933. 2007. 80 p. Acquisitions : dons de deux grands dessins de Lurçat par la veuve de l’artiste, achat par le Conseil général de l’Yonne pour le musée Zervos avec des subventions du Fram-Bourgogne-Franche-Comté du tableau de Lurçat Les Mâts, 1931. Zervos et l’art des Cyclades, 2011, 84 p. Commissaire de l’exposition invitée Annie Caubet, conservateur général honoraire ancien directeur du département du moyen-orient au Musée du Louvre, Paris. qui a catalogué  les collections archéologiques du musée Zervos. Acquisition majeure  en cette même année négociée par le conservateur d’un fragment de Kouros (sculpture archaïque grecque du VIe avant J.C.)  provenant du sculpteur Etienne Hajdu et remis en don anonyme au musée Zervos par Patrick Bongers selon les volontés expresses de la veuve de l’artiste, Luce Ferry. Sous le signe de Bataille. Masson, Fautrier, Bellmer. 2012. 60 p. Contributions de Camille Morando, Yves de Fontbrune, Marcel –André Stalter, Fabrice Flahutez, Christian Limousin. A la suite de cette exposition don par Yves de Fontbrune , du dessin d’André Masson, Chimère. Hommage à Dora Vallier. Poliakoff. Villon. 2013. 80 p. Contributions de Guitemie Maldonado, d’Isabelle Ewig. Tristan Tzara et Cahiers d’art / Autour d’une statuette Dogon. 2014. 60 p. Contributions d’Isabelle Limousin, d’Etienne Féau, prêts exceptionnels de Véronique Du Lac et d’Alain Bovis. Achat par le conseil général de l’Yonne de 9 livres dédicacés à Christian Zervos par Tristan Tzara. Le Corbusier à Vézelay. 2015. 120 p.  Acquisition majeure : aquarelles, dessins,  croquis de chantier,  de  Le Corbusier, le tout inédit, un fonds identitaire entrée au musée Zervos sous le toit de la maison Romain Rolland, grâce aux concours bienveillants des vendeurs héritiers de  Raoul Simon et de François Brochet et à la bonne volonté de l’acquéreur le conseil général de l’Yonne aidé par le fonds du patrimoine et le Fram. Paul Eluard et Cahiers d’art/le fonds Romain Rolland d’un lieu de mémoire. 90 p.  en cours d’édition

 

Biographie :


Christian Derouet. Conservateur général honoraire du patrimoine. Conservateur du musée Zervos en la maison Romain Rolland à Vézelay. 
Né à la Jaille-Yvon (Maine-et-Loire) en 1945 dans un ménage modeste où les enfants et leurs instituteurs étaient respectés dans des aspirations qui s’élevaient au-dessus du bocage. Pensionnaire d’un collège, d’un sanatorium d’étudiants, j’ai bénéficié de l’attention de professeurs, d’archivistes  et avec eux,  de bourses qu’on ne parvient jamais  à mériter mais qui permettent un parcours que vivent aujourd’hui des jeunes encore plus démunis. J’ai passé le concours des conservateurs des musées nationaux, dernier mais du premier coup, en 1969. Après, ce ne fut pas le paradis mais presque, stage au département des peintures du musée du Louvre puis au cabinet des dessins du même lieu où d’élégantes attentions m’envoyaient partout où il fallait se dégrossir.  J’ai encore vagabondé : le professeur Jacques Thuillier m’a pris comme assistant à l’Université Paris IV. J’ai bénéficié d’une bourse Volkswagen  à  Queen’s College à Oxford où le professeur Francis Haskell avait la gentillesse de me recevoir et, l’heure de la rentrée sonnée, il  fallut  rejoindre les rangs :  Jean Chatelain, directeur des musées de France, m’a nommé au musée national d’art moderne en octobre 1974. Depuis je suis resté fidèle à Beaubourg où plutôt  au Centre Pompidou en construction que des médisants appelaient la raffinerie. J’y ai vécu  presque 44 ans d’aventure avec des échappées, professeur associé d’histoire de l’art à l’Université de Strasbourg, directeur de recherches  de seconde classe au CNRS, pour y finir chargé de la mission et faire entrer des fonds d’archives patrimoniaux : fonds  Fernand Léger, Léonce Rosenberg, Vassily Kandinsky, et Cahiers d’art.  L’état reconnaissant préféra à l’avancement me faire chevalier des arts et lettres en 1986, de l’ordre du mérite en 1998, de la légion d’honneur en 2014. Le 5 juin, devant vous, au musée lapidaire, le lieu a été choisi,  il s’agira d’une toute autre histoire : le bilan des sept ans de  préfiguration et de dix ans d’exploitation de votre, de notre,  musée Zervos en la maison Romain Rolland.  

 

Suit l'allocution de Monsieur le Maire de Vézelay, Hubert Barbieux :
C'est une chance exceptionnelle pour la ville de Vézelay d'avoir été destinataire du legs Zervos, qui s'inscrit dans une longue tradition faisant de notre cité un centre d'échanges intellectuels, artistiques, culturels et spirituels, à la fois un phare et un lieu invitant à la contemplation, à la réflexion, et à l'engagement.
Un peu moins de deux cents ans après la création du dépôt lapidaire par le génial et talentueux architecte-restaurateur Eugène Viollet-le-Duc, auquel nous devons tant, et dont le musée dans lequel nous sommes réunis aujourd'hui porte le nom depuis 2004 ( Musée de Œuvre-Viollet-le-Duc), Vézelay a la chance de voir aboutir le voeu d'Yvonne et Christian Zervos. Leur collection, leur maison, leur état d'esprit aussi, sont préservés, entretenus et mis en valeur. Nous devons au travail patient et discret de Christian Derouet, conservateur du musée, non seulement l'aboutissement de la présentation de la collection Zervos, mais aussi la constitution d'un fonds, la création d'un réseau d'échanges, de prêts, un travail de muséographie et de muséologie, engagé bien avant l'ouverture du musée il y a maintenant dix ans. Les expositions temporaires régulières, par leur qualité, montrent bien la vitalité et la qualité de ce lieu vivant qu'est aujourd'hui le musée Zervos, grâce à l'engagement et à l'investissement du Conseil Départemental de l'Yonne, auquel la gestion du musée a été déléguée par la ville de Vézelay. Hier Le Corbusier, aujourd'hui Romain Rolland : tous ceux qui ont contribué à faire rayonner cet esprit de Vézelay sont honorés au musée Zervos.
Cher Christian Derouet, soyez remercié pour ce travail accompli, et formons ensemble le voeu que le musée continue  à rayonner depuis cette colline dédiée à la liberté et aux forces de l'esprit.
Notre cité s'y engage et continuera à veiller attentivement sur son destin, ainsi que sur celui de l'association-fondation en charge de la maison de La Goulotte, qui en constitue un prolongement naturel tourné vers les artistes vivants.
 
Hubert Barbieux, Maire de Vézelay

 

Imprimer
PDF

Maurice Clavel à Vézelay

Pourquoi un colloque Maurice Clavel aujourd'hui à Vézelay ?



L'écrivain Maurice Clavel (1920-1979) a été une figure marquante de la vie intellectuelle française dans les années allant de 1946 à sa mort brutale, le 23 avril 1979.

Photo_Clavel_2Normalien et philosophe de formation, il fut à la fois écrivain, homme de théâtre et journaliste, fondateur du journal Libération et chroniqueur hebdomadaire au Nouvel Observateur. Il s'est aussi rendu célèbre par son retour à la foi chrétienne en 1965, une conversion qui a profondément influé sur sa pensée. Homme inclassable, dont les prises de position furent toujours en faveur des laissés pour compte, dont les engagements contre les « maîtres penseurs » à partir de mai 1968 eurent souvent le don de choquer les bien-pensants de gauche comme de droite, il est aujourd'hui une référence très souvent citée.

A l'automne 1975, il y a 40 ans, Maurice Clavel est venu s'installer à Asquins, au pied de la colline de Vézelay, avec sa femme Élia, actrice de théâtre, et ses deux enfants. Tout en continuant sa collaboration au Nouvel Observateur, il écrivit ses ouvrages majeurs (Ce que je crois, Grasset, 1975 ; Dieu est Dieu, nom de Dieu, Grasset, 1976 ; Nous l'avons tous tué ou ce juif de Socrate, Seuil, 1977 ; Deux siècles chez Lucifer, 1978 ; La Suite appartient à d'autres, Stock, 1979). C'est à Asquins qu'il reçut Michel Foucault, les philosophes Guy Lardreau et Christian Jambet, André Glucksman et d'autres qui formèrent autour de lui un petit groupe baptisé (à leur corps défendant) les « Nouveaux philosophes ». Clavel fut en quelque sorte le mentor de ce groupe qui eut le courage de dénoncer les horreurs du régime stalinien alors que le PC continuait de se taire sur le sujet. A Vézelay, Clavel fut notre voisin. Nombreux sont ceux qui l'ont connu. L'homme était à la dimension du lieu et Vézelay est souvent évoqué dans ses livres. C'est à Vézelay qu'il a été enterré en 1979.

La parole de celui qui se désignait souvent comme « journaliste transcendantal » nous manque aujourd'hui. Nous n'avons pas fini de scruter sa pensée, ni d'en recevoir les clartés. C'est pourquoi, avec l'Association des Amis de Vézelay, nous avons convenu d'organiser en 2015 sur la colline une rencontre autour de Maurice Clavel, laquelle rassemblera des personnalités qui l'ont côtoyé, ont travaillé avec lui, ou qui ont été marquées par sa pensée et jugent important d'en rappeler plus que jamais l'actualité.

Téléchager le programme détaillé du colloque.programme du colloque Maurice Clavel

 

Imprimer
PDF

Les Papillon témoins de la grande guerre


Le livre de Madeleine et Antoine Bosshard "Si je reviens comme je l'espère", paru en 2003, est une référence incontournable de la mémoire de Vézelay à ses combattants de la Grande Guerre.

La Famille Papillon appartient aux anciennes familles de Vézelay, d'ailleurs la maison Papillon restera toujours la maison Papillon, et c'est toujours avec un pincement au coeur dans les cérémonies commémoratives au monument aux morts de Vézelay que l'on entend par quatre fois le nom Papillon au moment  de l'appel aux morts : Mort pour la France.

En cette année de centenaire de cette Grande Guerre qui aurait due être la dernière...

camaraderie_sur_le_frontQui de mieux placé qu' Alexandre Lafon pour participer à faire revivre la mémoire des Papillon "morts pour la France" et témoins de la Grande Guerre.

Alexandre Lafon est docteur en histoire contemporaine et conseiller pour l'action pédagogique de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale. Ses premières recherches ont porté sur la première épreuve du feu vécue par les combattants de la Grande Guerre et sur les notions de « témoins » et de « témoignages » de guerre. Dans ses ouvrages il évoque les témoignages des Papillon et le superbe ouvrage Si je reviens comme je l'espère que nous devons à Madeleine et Antoine Bosshard.

Samedi 20 septembre 2014 -

15 h à la Maison Jules-Roy

la conférence d'Alexandre Lafon : Les témoins de la Grande Guerre

évoquant la correspondance de la famille Papillon de Vézelay, sera un grand moment de l'anné 2014 entre mémoire, souvenirs et émotion.

Présentation d'Alexandre Lafon :

Imprimer
PDF

Qu'est-ce qu'un Grand Site de France ?

DER2Les Amis de Vézelay et de sa région avaient bien remarqué que dans la démarche du renouveau de Vézelay, présentée par l'état, il y avait cette étape importante de la labellisation du Grand Site. Il y a de la part des élus, depuis quatre ans, une accumulation de faux départs organisés pour l'obtention de ce label. Faux départs, un peu pour se donner bonne conscience d'avoir essayé ou alors par souci de ne prendre aucun risque. Bien sûr les raisons de ces atermoiements sont toujours de bonnes excuses, travaux préliminaires à lancer, attendre la désignation d'une prochaine structure, les élections,  la définition du territoire, etc  etc...

Pourtant l'enjeu est d'importance quand on connaît le peu de ressource du territoire de Vézelay et la valeur du patrimoine dont il a la charge. Les axes de travail proposés par le Ministère de l'Environnement pour l'obtention de ce label sont :

La défense de l'esprit du lieu, la préservation et la restauration de paysages fragiles et attractifs, l'organisation intelligente d'une fréquentation intense qu'il faut gérer et maîtriser, et la promotion des valeurs du développement durable

N'est-ce pas là une chance pour notre territoire?

Mais qu'est-ce que finalement un Grand Site de France ?

La protection des sites naturels, c'est le cheval de bataille d'Anne Vourc'h, qui anime le Réseau des Grands Sites de France depuis 2004. Ce réseau comprend des « lieux initiatiques » qui font partie de l'imaginaire collectif des Français et qui risquent de se banaliser à cause du tourisme, de la pression de l'urbanisation et de l'agriculture industrielle. Elle se voit en « facilitatrice », qui incite les responsables de sites à échanger leurs savoir-faire pour adopter une politique de « management du site»

C'est Madame Anne Vourc'h, directrice du réseau Grand Site de France, qui viendra devant les Amis de Vézelay apporter la réponse à la question «  Qu'est-ce qu'un grand site de France ? »

Moins culturelle , moins artistique, plus militante dans la défense du Patrimoine, cette intervention de Madame Anne Vourc'h doit être un moment important pour les adhérents des Amis de Vézelay.

Samedi 28 juin à 15 heures  à la Grange,  Cité de la voix.

logosite Soutenir

Au calendrier

Lecture des "Oiseaux de Fra Angelico".
par Sylvia Lipa-Lacarriere sur un texte de d'Antonio Tabucchi, accompagnée par Sophie Charpentier au Clavecin. Lieu : Cité de la...
Aidons nos remparts
L'association Vie et Patrimoine, la Mairie de Vézelay et Les Amis de Vézelay organisent une "action citoyenne". Nous demandons...
Audition de la Cantate "Vézelay" d'Inghelbrecht
par l'orchestre national de France. Lieu : cité de la Voix Présentation par Nicolas Bucher, Directeur

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter