Please update your Flash Player to view content.

Les Amis de Vézelay - Autres événements à Vézelay

Imprimer
PDF

Tintin

Aujourd'hui, mercredi 8 août, la basique a fait salle comble. On enterrait Tintin. Parmi les hommages qui lui furent rendus, nous vous livrons celui d'Antoine Bosshard :

 

 HOMMAGE A ROBERT BUCQUOY, DIT TINTIN

 

Depuis quelques jours, j’ai sous les yeux un petit portrait de notre ami Robert Bucquoy, «dit Tintin», comme le précise, déjà, la pierre de son caveau familial. La chemise à carreaux ouverte – c’était la fête de ses quatre-vingt-dix ans - il est là, celui chez qui la clarté du regard, qu’on dirait amoureux parfois,  fait bon ménage avec l’espièglerie. Où un certain bonheur d’être sur terre se lit au bleu de ses yeux, aux fossettes si souvent remontées. Le même être curieux et jovial, qui, un certain jour de décembre 1991, guignant au bas de la rue de Escaliers, nous a abordés, ma femme et moi, d’un «Alors, Messieurs Dames, vous faites un petit tour ?» Nous ne nous connaissions pas. Un petit tour ? il dura près de trente ans, d’une amitié sans faille. Le même homme qui, il y a peu, me donnait une poignée de main dont je ne devinais pas quelle serait la dernière, couplée d’un «Au revoir, M. Bosshard» gentiment solennel. Auquel répondait rituellement, un «Au revoir, Monsieur Tintin.» Vous aurez compris que je ne connais de notre ami qu’une part de sa longue vie. La plus lumineuse sans doute. Car comme nous tous, je sais qu’il a avait eu, antérieurement, à affronter des difficultés, des drames, rentrés dans l’ombre de sa propre histoire.

 

Tintin aimait les gens. Il aimait ceux qui sont ici ce matin et dont il était aimé, adoré parfois. Jour après jour,  à l’heure du pain, nous l’avons vu, toilette faite et voilé d’un nuage d’after shave, descendre et remonter la rue Saint-Etienne, s’arrêtant vers chacun pour le simple bonheur de parler. Peu enclin à jouer un rôle, sinon d’échanger avec les autres.  Comme s’il était, sans le savoir, un édile. Un édile non élu s’inquiétant des siens. Et sachant, dans la foulée,  tant de choses de sa cité.

 

Car Tintin était une formidable mémoire. Comme ces savants qui, en mourant, sont, comme on dit, une bibliothèque qui brûle, il connaissait tout de ce pays. L’année de naissance d’une armée de Vézeliens, l’identité des morts du cimetière, le labyrinthe des canalisations qui sillonnent le sous-sol du bourg, le nom de tant d’épiceries qui avaient pignon sur rue avant guerre et un plein panier d’anecdotes cueillies au passage, sur quatre-vingt-dix ans. C’était un des lieux de son charme que de l’entendre. Sur lui-même d’abord. Enfant il était ce farceur qui déposa des grenouilles dans le bénitier de la basilique. Révolté contre le curé de l’époque, en arrachant les boutons de sa soutane de servant de messe. Le chasseur alpin ébloui par la beauté de la montagne, le membre de l’orphéon local, le bouilleur de crus, le météorologue plus assuré que fiable. Riant de ses exploits, comme s’il se lisait un livre d’aventures.  

 

Mais il y avait plus que cela. Jusqu’aux derniers jours, cette envie incessante, impérieuse, de rendre service, sans jamais en faire étalage. Donnant des coups de main, prenant des initiatives pour redresser un arbre affaissé, pour arroser un jardin manquant d’eau, pour exécuter mille et un travaux minuscules qui pouvaient soulager l’un ou l’autre. On s’émerveille de tant d’énergie déployée, sans jamais savoir si elle nourrissait cette merveilleuse disponibilité ou si elle était mobilisée par elle. Doublée d’un oubli de soi qui le rendait terriblement attachant.

Fils de gendarme, Tintin cultivait le devoir et la fidélité. Employé municipal, adjudant chef des pompiers, fossoyeur,  garde-champêtre, cet amoureux des choses bien faites outrepassait parfois ses devoirs en allant, par exemple, saler les trottoirs aux petites heures les jours de gel. Comme on l’a vu tout récemment, à bord de son véhicule électrique, passer une partie de la journée à s’occuper du cimetière. Mais cette fidélité, ce code qu’il portait en lui allait aussi à ses proches,  en particulier à sa femme longtemps souffrante, qu’il a minutieusement accompagnée, et avec quelle constance,  jusqu’à ses derniers jours. Il y avait, au-delà, un Tintin protecteur et défenseur de plus faibles, de plus exposés que lui. Autant de traits  qui n’ont pas échappé à la Municipalité, qui a fait citoyen d’honneur cette personnalité aussi forte qu’elle n’était pas encombrante.  

 

Il n’est plus là, cet homme si inscrit dans le paysage qu’on eût dit un santon. Il n’y aura plus de conteur, plus de gardien du souvenir, plus de bonjours enjoués du matin, plus de trottinements conjoints de Tintin et de son inséparable petit chien, Youki. Robert Bucquoy rejoint aujourd’hui la cohorte  des morts dont il a creusé les tombes et qu’il a conduits à leur dernier séjour : il les connaissait par leurs noms. Vézelay est orphelin d’un visage qui l’aimait et qui le lui rendait bien.

 

Tintin nous manque. Certes. Mais n’oublions jamais qu’il fut, pour tant d’entre nous, un cadeau. 

 

 

 

Vézelay, le 8 août 2018

 

Ici, le lien d'un autre hommage, celui de Gilles Stassart, dans Libé

 

alt
Imprimer
PDF

Tintin nous a quittés ce matin

Robert Bucquoy s'en est allé ce matin après quelques semaines d'hospitalisation. Son sourire, sa bonne humeur, son humour vont manquer à Vézelay. Sa tombe était prête dans le cimetière où il a tant oeuvré, toujours avec respect pour ses chers disparus. Sur la pierre étaient déjà inscrits ces mots : Robert Bucquoy dit "Tintin". Dans le dernier bulletin, nous vous avons donné à lire son échange avec Madeleine Ciceri sur le Vézelay d'autrefois. Savoureux franc-parler et galéjades émaillent cette conversation à bâtons rompus.

Salut Tintin !

alt

Imprimer
PDF

Communiqué

On nous demande de relayer cette information :

Chers Amis de Vézelay, 

Je suis Julien Gautier, fils de Blaise et Rosine Gautier, membre des Amis de Vézelay et résident depuis peu dans la commune. Je suis également l’un des animateurs du Collectif Citoyen Vézelien.

Je me permets de vous écrire pour vous informer de la pétition que notre Collectif vient de lancer pour réclamer à la Municipalité et à la Préfecture l’organisation d’un débat public à propos du projet éventuel d’installation de caméras de video-surveillance sur la Commune de Vézelay, projet dont les médias locaux se sont fait récemment l’écho.

Cette pétition est disponible :
- dans divers commerces du Vézelien (Vézelay, Saint-Père, Asquins, en particulier)
- en version électronique à cette adresse : https://www.change.org/p/video-surveillance-à-vézelay-un-débat-public-préalable-est-indispensable

Il me semble que cette démarche devrait intéresser les Amis, et que l’Association pourrait peut-être s’en faire l’écho d’une manière ou d’une autre.
J’insiste sur le fait que cette pétition ne se prononce pas contre (ni pour) un tel projet, mais demande simplement l’organisation d’un débat préalablement à toute décision effective.

En vous remerciant par avance pour l’attention que vous voudrez porter à ce mail, et en restant à votre disposition pour toute question, 

très cordialement,

Julien Gautier, pour le Collectif Citoyen Vézelien

alt

Imprimer
PDF

"Votation populaire", résultats

Le conseil municipal de Vézelay s'est réuni ce vendredi 28 juillet à 20 heures 30. Le sujet qui agitait les vézeliens depuis quelques jours, le "tout montant", était la modification du sens de circulation dans Vézelay intra muros. Les Amis de Vézelay ont lancé un sondage (par mail et par tracts dans les boîtes aux lettres) pour connaître l'opinion des intéressés. Une cinquantaine de réponses ont été ainsi collectées. Contre : 34, Pour : 10, Indifférents 4. Quant au Conseil municipal, une majorité écrasante s'est déclarée POUR. Cette nouvelle organisation de la circulation dans Vézelay sera donc appliquée d'ici une huitaine de jours, et pour une durée de six mois.

Montée en sens unique (avec une exception pour les personnes venant de la rue des Bochards qui pourront emprunter la rue Saint-Étienne pour redescendre) par la rue Saint-Étienne, rue Saint-Pierre et rue des Écoles. Descente par la rue de la Porte Neuve et le Rempart Nord.

Un compte-rendu détaillé sera publié sur le site de la mairie.

Imprimer
PDF

Jean Gaudaire-Thor à la Maison Jules Roy

alt

L’artiste sénonnais Jean Gaudaire-Thor fête cet été ses 50 ans d’activité plastique par cinq expositions (à Sens, Villeneuve/Yonne, Joigny, Avallon et Vézelay). Celle de la Maison Jules Roy présente une série du début des années 2000 intitulée « Lazare ou la pensée comme un vol ». Un poème de Christian Limousin le commissaire, la présente ainsi :

 

 

 


L’homme diagonal

 

 

 

COMME un journal avec des notes avec des pauses & des reprises

des respirations profondes des comptes & des contes

du 10 déc. MMII au 24 mars MMV  4 séries

20+20+22+11   73 dessins horizontaux

h o r i z o n s    d’  a t t e n t e

journal lettré    mots épars en plusieurs langues    bribes

signes   tracés   glyphes   formes   couleurs   rythmes

désordre du codex x codes

                  en vol de pensées                    envol de pensées

voyez !    tout cohabite      tout dialogue      tout circule      VIA

 

 

tout commence avec l’homme diagonal du puits de lascaux

              énigme durable du premier récit (?) dans un lourd silence de pierre

renversé sur le dos mort ithyphallique à petite tête d’oiseau

bras écartés mains ouvertes

bison perdant ses entrailles rhinocéros oiseau

du même trait s’empâtant d’une même peinture noire

OCRE des grottes préhistoriques des tombes amérindiennes thibétaines

 

 

tout commence à mexico île du texcoco

sources abondantes cresson sylvestre roseaux

& précieux códice mendocino de la bodléienne 71 pages

le minutieux scribe-peintre a tracé

une ribambelle d’hommes accroupis emmaillottés

repris à l’endroit & à l’envers tête en bas à la renverse

tête-bêche

ou rose visage hilare yeux grand ouverts

ou fantômes graffités crânes profilés

QUISQUAM

 

 

opus tesselatum RAVENNA tout commence avec GALLA

PLACIDIA pieuse constructrice & finit avec Dante 

au paradis    ultime béatitude    béatrice & marie 

o somma luce che tanto ti levi

flottant dans l’espace polychrome

les saints martyrs & les vierges hiératiques processionnent

 

& tout commence en ÉGYPTE RA solaire

RA qui donne tout & reçoit les offrandes

PER RA       RA & RE

khépri le scarabée bousier soleil levant

atoum l’être parfait soleil couchant

trapèze des lentes felouques effleurant le NIL prodigue

& des bosquets de pins sombres des sentiers sinueux 

des VOLs d’estourneaulx sur un pan de bleu PROVENCE cézanienne

la peinture est d’enlever une à une les bandelettes

pour voir enfin ce qu’il y a dessous

 

 

& selon JEAN (Jn 11 1-44) disciple préféré

béthanie rayons solaires rayons divins de fortes paroles le frappent

LAZZARUS LEVIT nouvel osiris la momie est soudain arrachée

au monde de la mort se redresse & marche vertical

titube comme un homme ensommeillé ou ivre

abandonne derrière elle le cénotaphe

se libère de sa chrysalide revient

près de MARTHE de l’autre soeur & de l’homme qui parle

 

                           splendeurs de l’oblique & de l’inclination

se lève ou tombe selon l’angle de vue

émerge ou s’immerge naît ou meurt

chant profond des  a  n  a  m  o  r  p  h  o  s   e   s 

vision de biais perspective secrète perspective tordue 

pièges pour le regard s’égare en ces rébus joyeux

selon l’angle s’envole ou s’aplatit

rêve ou cauchemar

échelles dressées à même connexions haut bas

& ces perfides grilles d’où s’échapper

 

 

                  se résoudre à franchir le seuil & partir

d’escale en eSCALE

peau nue à toutes les caresses offerte corps gonflé de VIE & de désirs

cours à Classe te jeter dans l’onde ! MARE ADRIATICUM

parfait don du sel qui jamais ne fermente jamais ne s’altère

ni ne perd sa saveur sel d’alliance

LAZZARO LAZARETTO LAZZARONE maudit lépreux

dérobe le sens détourne cette barque en 1224 morceaux

éclats lumineux   offrandes des feuilles   CIELO   étoiles

& VOICI des fruits mûrs TRE MELE &c où mordre délices

encore & encore tra mare & monti tant de chemins tortueux où se perdre

à chercher à rassembler les membres épars d’osiris

Christian Limousin
25 avril 2017
La scène du puits à Lascaux :
alt
La mosaïque de Lazare à Ravenne :
alt

 

logosite Soutenir

Au calendrier

Conférence de Francis Coutant
L'architecture initiatique et Marcel Proust, la recherche du temps perdu à la Madeleine de Vézelay. La Grange de la Cité de la...
Conférence de Fabrice Henrion
Les fouilles archéologiques de l'automne 2017, nouvelles données sur le cloître et la porterie. Salle gothique, Vézelay

Recevoir la lettre



Recevoir du HTML ?

Se connecter